340e édition

Commentaire

3 commentaires sur "340e édition"

  1. Oo le vendredi, 4 décembre 2009 à 10:59
  2. Bonjour à tous,

    @ JusteInconnu > Non, je n’ai vu ni l’un ni l’autre… Mais, j’ai pu voir mon frère :) Sinon, c’est cool par là-bas !!! Je crois que je vais y retourner cet été ! Car je n’ai pas pu tout visiter ! C’était plutôt relaxation que visite :D

    @ Tous > Bonne réponse de la part de JusteInconnu, c’est bien le Palais des Papes d’Avignon. En voici la description :

    Palais des papes d’Avignon

    Le palais des papes, à Avignon, est la plus grande des constructions gothiques du Moyen Âge[1]. À la fois forteresse et palais, la résidence pontificale fut pendant le XIVe siècle le siège de la chrétienté d’Occident[N 1]. Six conclaves se sont tenus dans le palais d’Avignon qui aboutirent à l’élection de Benoît XII, en 1335 ; de Clément VI, en 1342 ; d’Innocent VI, en 1352 ; d’Urbain V, en 1362 ; de Grégoire XI, en 1370, et de Benoît XIII, en 1394.

    Le palais, qui est l’imbrication de deux bâtiments, le palais vieux de Benoît XII, véritable forteresse assise sur l’inexpugnable rocher des Doms, et le palais neuf de Clément VI, le plus fastueux des pontifes avignonnais, est non seulement le plus grand édifice gothique mais aussi celui où s’est exprimé dans toute sa plénitude le style du gothique international. Il est le fruit, pour sa construction et son ornementation, du travail conjoint des meilleurs architectes français, Pierre Peysson et Jean du Louvres, dit de Loubières, et des plus grands fresquistes de l’École de Sienne, Simone Martini et Matteo Giovanetti.

    De plus la bibliothèque pontificale d’Avignon, la plus grande d’Europe à l’époque avec 2 000 volumes, cristallisa autour d’elle un groupe de clercs passionnés de belles-lettres dont allait être issu Pétrarque, le fondateur de l’humanisme. Tandis que la chapelle clémentine, dite Grande Chapelle, attira à elle compositeurs, chantres et musiciens[2]. Ce fut là que Clément VI apprécia la Messe de Notre-Dame de Guillaume de Machault, que Philippe de Vitry, à son invite, put donner la pleine mesure de son Ars Nova et que vint étudier Johannes Ciconia.

    Le palais fut aussi le lieu qui, par son ampleur, permit « une transformation générale du mode de vie et d’organisation de l’Église ». Il facilita la centralisation des services et l’adaptation de leur fonctionnement aux besoins pontificaux en permettant de créer une véritable administration[3]. Les effectifs de la Curie, de 200, à la fin du XIIIe siècle, étaient passés à 300 au début du XIVe siècle, pour atteindre 500 personnes en 1316. À cela s’ajoutèrent plus d’un millier de fonctionnaires laïcs qui purent œuvrer à l’intérieur du palais[4].

    Pourtant celui-ci qui, par sa structure et son fonctionnement, avait permis à l’Église de s’adapter « pour qu’elle puisse continuer à remplir efficacement sa mission[3] » devint caduc quand les pontifes avignonnais jugèrent nécessaire de revenir à Rome. L’espoir d’une réconciliation entre les christianismes latin et orthodoxe, joint à l’achèvement de la pacification des États pontificaux en Italie, avaient donné des bases réelles à ce retour[N 2].

    À cela se joignit la conviction, pour Urbain V et Grégoire XI, que le siège de la papauté ne pouvait être que là où se trouvait le tombeau de Pierre, le premier pontife. Malgré les difficultés matérielles, l’opposition de la Cour de France et les fortes réticences du Collège des cardinaux, tous deux se donnèrent les moyens de rejoindre Rome. Le premier quitta Avignon le 30 avril 1362, le second le 13 septembre 1376 et cette fois l’installation fut définitive[5].

    En dépit du retour de deux antipapes, lors du Grand Schisme d’Occident, de la présence constante du XVe siècle au XVIIIe siècle de cardinaux-légats puis de vice-légats, le palais perdit toute sa splendeur d’antan mais conserva, en dehors de « l’œuvre de destruction » cet aspect que rapporte Montalembert.

    « On ne saurait concevoir un ensemble plus beau dans sa simplicité, plus grandiose dans sa conception. C’est bien la papauté tout entière, debout, sublime, immortelle, étendant son ombre majestueuse sur le fleuve des nations et des siècles qui roule à ses pieds. »

    — Charles de Montalembert, Du vandalisme en France – Lettre à M. Victor Hugo[6]
    Le palais des papes

    Depuis 1995, le palais des papes est classé avec le centre historique d’Avignon, sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, avec les critères culturels i, ii et iv.

    La suite sur Wikipédia !!! Merci à Igor Badalassi pour cette belle photo !

    Le classement demain, si je ne suis pas trop fatigué vu que je vais encore une fois jouer les couche tard !

  3. JusteInconnu le mercredi, 2 décembre 2009 à 14:06
  4. Sinon, je te souhaite un bon retour parmi nous Bubu… en espérant que cette virée chez les Britons et les Scots t’a bien fait respiré.

    D’ailleurs au passage, une question, as-tu été voir pour de vrai ce bon King Robert The Bruce en haut de la tour de l’abbaye de Dunfermline… vu que tu passais dans le coin ?

    Finalement j’ai une deuxième question… as-tu vu Nessy ?… lol

  5. JusteInconnu le mercredi, 2 décembre 2009 à 14:03
  6. Bonjour

    je propose le Palais des Papes à Avignon… je me disais bien que ça me disait quelque chose.


Dites-moi ce que vous pensez...
et si vous voulez un avatar, connectez vous sur gravatar!




^^ Zzz Grrr ;) :| :twisted: :s :roll: :oops: :o :mrgreen: :love: :lol: :hero: :fff: :evil: :cry: :bim: :aime: :P :D :?: :? :-S :) :( 8O 8) ++ $)


340e édition

Posté le : 1 décembre, 2009 
Classé dans : 1Oo1 Photos
Marqué : ,
Commentaire : 3 commentaires

Description

Bonjour à tous,

Me revoilà avec une nouvelle édition !

Je vous en dirai plus prochainement :)

Bon jeu !

Photos récentes

Bonne année 2012 512e édition 511e édition Le Top 510 510e édition 509e édition 508e édition 507e édition 506e édition 505e édition